Mise à jour d’une version E-Maj existante

Démarche générale

La première étape consiste à installer la nouvelle version du logiciel E-Maj.

Il faut également vérifier si des opérations préliminaires doivent être exécutées (extensions pré-requises, tablespace par défaut).

Ensuite, la procédure de mise à jour de la version d’E-Maj installée dans une base de données dépend de cette version installée et de la façon dont elle a été installée.

Tout environement E-Maj installé dans une base de données peut être mis à jour par une simple désinstallation puis réinstallation.

Pour les versions d’E-Maj installées comme une EXTENSION et dont la version est supérieure ou égale à 2.3.1, il est possible de procéder à une mise à jour sans désinstallation. Cette méthode présente l’avantage de conserver tous les logs, permettant ainsi d’examiner les changements enregistrés, voire d’effectuer un rollback E-Maj ciblant une marque posée avant la mise à jour de la version.

Notons que pour les versions d’E-Maj qui ont été installée par script psql (et qui ne constitue donc pas une EXTENSION), il n’existe pas de procédure spécifique de mise à jour. Sur ces environnements, on procédera donc à une simple désinstallation puis réinstallation de l’extension.

Prudence

Il est impératif de vérifier avec la matrice de compatibilité des versions PostgreSQL et E-Maj que la mise à jour de la version existante d’E-Maj est possible. Si la version de PostgreSQL utilisée est trop ancienne, il faut la faire évoluer avant de migrer E-Maj dans une version supérieure.

Mise à jour par désinstallation puis réinstallation

Pour ce type de mise à jour, il n’est pas nécessaire d’utiliser la procédure de désinstallation complète. Les tablespaces et les rôles peuvent notamment rester en l’état. En revanche, il peut s’avérer judicieux de sauvegarder quelques données utiles. C’est pourquoi, la démarche suivante est proposée.

Arrêt des groupes de tables

Si certains groupes de tables sont encore actifs, il faut au préalable les arrêter à l’aide de la fonction emaj_stop_group() (ou de la fonction emaj_force_stop_group() si emaj_stop_group() retourne une erreur).

Sauvegarde des données utilisateurs

La procédure dépend de la version E-Maj installée.

Version installée ≥ 3.3

La configuration complète des groupes de tables existants ainsi que les paramètres E-Maj peuvent être sauvegardés sur un fichier par

SELECT emaj.emaj_export_groups_configuration('<chemin.fichier.1>');

SELECT emaj.emaj_export_parameters_configuration('<chemin.fichier.2>');

Version installée < 3.3

Si la version E-Maj installée est antérieure à 3.3.0, ces fonctions d’exportation ne sont pas disponibles.

Comme à partir de E-Maj 4.0, la configuration des groupes de tables n’utilise plus l’ancienne table emaj_group_def, la reconstruction des groupes de tables après mise à jour de la version E-Maj nécessitera soit la constitution manuelle d’un fichier JSON de configuration des groupes de tables, soit l’utilisation des fonctions d’assignation des tables et séquences.

Si la table emaj_param contient des paramètres spécifiques, elle peut être sauvegardée sur un fichier par une commande copy. On peut aussi la dupliquer en dehors du schéma emaj.

Si la version E-Maj installée est une version 3.1.0 ou supérieure, et si l’administrateur E-Maj a enregistré des triggers applicatifs comme « ne devant pas être automatiquement désactivés lors des opérations de rollback E-Maj », on peut également sauver la table emaj_ignored_app_trigger.

CREATE TABLE public.sav_ignored_app_trigger AS SELECT * FROM emaj.emaj_ignored_app_trigger;

CREATE TABLE public.sav_param AS SELECT * FROM emaj.emaj_param WHERE param_key <> 'emaj_version';

Suppression et réinstallation d’E-Maj

Une fois connecté en tant que super-utilisateur, il suffit d’enchaîner le script de désinstallation uninstall.sql de la version en place puis la création de l’extension.

\i <répertoire_ancien_emaj>/sql/emaj_uninstall.sql

CREATE EXTENSION emaj CASCADE;

Restauration des données utilisateurs

Version précédente installée ≥ 3.3

Les configurations de groupes de tables et de paramètres exportées peuvent être rechargées par

SELECT emaj.emaj_import_parameters_configuration('<chemin.fichier.2>', TRUE);

SELECT emaj.emaj_import_groups_configuration('<chemin.fichier.1>');

Version précédente installée < 3.3

Les éventuelles configurations de paramètres et de triggers applicatifs sauvegardées peuvent être par exemple rechargées avec des requêtes de type INSERT SELECT.

INSERT INTO emaj.emaj_ignored_app_trigger SELECT * FROM public.sav_ignored_app_trigger;

INSERT INTO emaj.emaj_param SELECT * FROM public.sav_param;

Les groupes de tables doivent également être recréés par les moyens disponibles dans la nouvelle version.

Les tables ou fichiers temporaires peuvent alors être supprimés.

Mise à jour d’une version installée comme EXTENSION

Une version existante installée comme une EXTENSION se met à jour par une simple requête

ALTER EXTENSION emaj UPDATE;

C’est le gestionnaire d’extension de PostgreSQL qui détermine le ou les scripts à exécuter en fonction de la version installée et de la version indiquée comme courante dans le fichier emaj.control.

L’opération est très rapide et ne touche pas aux groupes de tables. Ceux-ci peuvent rester actifs au moment de la mise à jour. Ceci signifie en particulier :

  • que des mises à jour de tables peuvent être enregistrées avant puis après le changement de version

  • et donc qu’après le changement de version, un rollback à une marque posée avant ce changement de version est possible.

Spécificités liées aux versions :

  • La procédure de mise à jour d’une version 2.3.1 en version 3.0.0 change la structure des tables de log : les 2 colonnes emaj_client_ip et emaj_client_port ne sont plus créées. Les tables de log existantes ne sont pas modifiées. Seules les nouvelles tables de log sont impactées. Mais il est possible à l’administrateur d’ajouter ces deux colonnes, en utilisant le paramètre “alter_log_tables”.

  • La procédure de mise à jour d’une version 3.0.0 en version 3.1.0 renomme les objets de log existants. Ceci conduit à une pose de verrou sur chaque table applicative, qui peut entrer en conflit avec des accès concurrents sur les tables. La procédure de mise à jour génère également un message d’alerte indiquant que les changements dans la gestion des triggers applicatifs par les fonctions de rollback E-Maj peuvent nécessiter des modifications dans les procédures utilisateurs.

  • La procédure de mise à jour d’une version 3.4.0 en version 4.0.0 modifie le contenu des tables de log pour les enregistrements des requêtes TRUNCATE. La durée de la mise à jour dépend donc de la taille globale des tables de log.

  • La procédure de mise à jour d’une version 4.1.0 en version 4.2.0 vérifie la présence de tous les triggers sur événements. S’il en manque, il faut recréer une installation E-Maj complète (ou se procurer et exécuter le script sql/emaj_upgrade_after_postgres_upgrade.sql fourni par la version 4.1.0 d’E-Maj pour recréer les triggers sur événement manquants).

  • La procédure de mise à jour d’une version 4.3.1 en version 4.4.0 lit le contenu de la table emaj_hist pour reconstituer 3 historiques alimentant les 3 nouvelles tables techniques de la version. Bien qu’assez courte, la durée de la mise à jour dépend donc de la volumétrie de la table emaj_hist.

Ruptures de compatibilité

D’une manière générale, lorsqu’on passe à une version d’E-Maj plus récente, la façon d’utiliser l’extension peut rester inchangée. Il y a donc une compatibilité ascendante entre les versions. Les exceptions à cette règles sont présentées ci-dessous.

Passage en version 4.0.0

Les ruptures de compatibilité de la version 4.0.0 d’E-Maj portent essentiellement sur la façon de gérer la configuration des groupes de tables. La version 3.2.0 a apporté la capacité de gérer en dynamique l’assignation des tables et séquences dans les groupes de tables. La version 3.3.0 a permis de décrire les configurations de groupes de tables dans des structures JSON. Depuis, ces techniques ont cohabité avec la gestion historique des groupes de tables au travers de la table emaj_group_def. Avec la version 4.0.0, cette gestion historique des configurations de groupes de tables disparaît.

Plus précisément :

De plus :

  • La fonction emaj_ignore_app_trigger() est supprimée. On peut dorénavant spécifier les trigggers à ignorer lors des opérations de rollback E-Maj directement par les fonctions de la famille de emaj_assign_table().

  • Dans les structures JSON gérées par les fonctions emaj_export_groups_configuration() et emaj_import_groups_configuration(), le format de la propriété « ignored_triggers » spécifiant les triggers à ignorer lors des opérations de rollback E-Maj a été simplifiée, il s’agit maintenant d’un simple tableau de texte.

  • L’ancienne famille de fonctions de rollback E-Maj retournant un simple entier est supprimée. Seules les fonctions retournant un ensemble de messages sont conservées.

  • Le nom des paramètres des fonctions a été modifié. Les préfixes « v_ » ont été changés en « p_ ». Ceci n’a d’impact que dans les cas où les appels de fonctions sont formatés avec des paramètres nommés. Mais cette pratique est peu usuelle.

Passage en version 4.3.0

Avant la version 4.3.0, les fonctions des familles emaj_log_stat_group(), emaj_gen_sql_group() et emaj_snap_log_group() acceptaient une valeur NULL ou une chaîne vide comme nom de la marque de début de la tranche de temps souhaitée, cette valeur représentant la première marque connue pour le ou les groupes de tables. Face aux ambiguités générées, en particulier pour les fonctions multi-groupes, cette possibilité a été supprimée en version 4.3.0.

La fonction emaj_snap_log_group() a été remplacée par les deux fonctions emaj_dump_changes_group() et emaj_gen_sql_dump_changes_group() avec des fonctionnalités nettement plus étendues. Pour produire un jeu de fichiers d’extraction des tables de log, on pourra facilement remplacer :

SELECT emaj.emaj_snap_log_group(<groupe>, <marque.début>, <marque.fin>, <répertoire>, <options.copy>);

par :

SELECT emaj.emaj_dump_changes_group(<groupe>, <marque.début>, <marque.fin>, 'COPY_OPTIONS=(<options.copy>)', NULL, <répertoire>);

Notons que, désormais, aucun des deux paramètres de marques ne peut être NULL. Par ailleurs le format des informations concernant les séquences est modifié : les deux fichiers listant l’état des séquences aux marque début et fin sont remplacés par un fichier distinct par séquence, contenant les mêmes informations.